danger hydrocarbures

Le Chili met les P.O.P. sous haute surveillance

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et les binéphiles polychlorydrates (PCB) constituent deux familles de composés chimiques qui, bien que présents en faible concentration dans l’atmosphère, sont capables de provoquer des cancers ou des mutations génétiques. La convention de Stockholm, signée en 2001, prévoit l’élimination, l’interdiction ou la réduction au minimum des émissions de 12 composés organiques dits persistants (POP), parmi lesquels les PCB.

Il existe théoriquement 209 composés organiques classifiés comme PCB. Ils se caractérisent par leur haute inertie, leur grande stabilité thermique et leur basse conductivité électrique.

De plus, ils ne sont pas explosifs. Aujourd’hui les normes au Chili sont clairement insuffisantes mais il ratifiera la convention de Stockholm avant la fin de l’année. De même, un groupe de chercheurs de l’Université technique Federico Santa Maria (UTFSM) mené par le docteur Francisco Cereceda, directeur du Laboratoire de chimie environnementale, reprend la problématique au travers d’un projet du Fonds national de promotion pour le développement scientifique et technologique (Fondef) de la Commission nationale de recherche scientifique et technologique (CONICYT). Il vise à développer une technique de pointe pour étudier en profondeur le niveau de toxicité des HAP et PCB dans l’atmosphère de la capitale chilienne.

L’objectif est d’initier des plans préventifs ou correctifs de santé publique mais aussi de créer un réseau national de surveillance de la qualité de l’air afin que la technologie mise au point soit exportée aux autres pays en voie de développement.
Sources : La Nacion, 18/05/2004, Chili

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.