diamant naturel

Rencontre d’un joaillier et d’un chercheur autour du diamant naturel

Le fait est d’autant plus rare, voire quasiment unique, qu’il mérite qu’on le souligne. Imaginez ! Le monde du marché s’associant au monde de la science ! D’un côté un joaillier, Alexandre Murat, Pdg d’Adamence, une jeune entreprise de joaillerie en ligne spécialiste du diamant, qui souhaite accompagner, guider et informer le client afin qu’il devienne son propre joaillier, de l’autre un

gemmologue, Laurent Massi, qui, le 15 septembre dernier, a soutenu brillamment sa thèse de doctorat, financée par le Ministère de la Recherche, dans les locaux du très réputé Institut des Matériaux Jean Rouxel de Nantes (IMN), après avoir mené durant trois ans ce travail au sein du Laboratoire de Physique des Matériaux et Nanostructures de l’Université de Nantes. Le Net, et plus particulièrement une petite coquille sur la fluorescence glissée par mégarde dans un texte, a permis la rencontre de ces deux passionnés, non seulement du diamant, mais aussi de la diffusion du savoir le plus objectif concernant cette pierre précieuse.

Une passion commune au profit du public !

L’une des trois grandes parties du site Internet d’Adamence vise à fournir au client potentiel, et plus généralement à tout internaute, les connaissances utiles pour apprendre et comprendre ce qu’est le diamant. « Le chercheur qu’est Laurent Massi a un accès aux connaissances les plus fondamentales sur le diamant. Par conséquent, j’ai estimé qu’il était important de partager cette passion que nous avons en commun afin d’en faire profiter le public », déclare le jeune entrepreneur.

Aussi, quand le thésard Laurent Massi, déjà gemmologue et enseignant, a exprimé le souhait d’organiser une soutenance de son travail qui soit à la hauteur de ce matériau exceptionnel qu’est le diamant, le chef d’entreprise n’a pas hésité un seul instant à financer l’événement. Résultat, une journée exceptionnelle, le 15 septembre dernier, à l’IMN, « qui restera dans la mémoire de tous les participants », avec la soutenance elle-même, mais également la présentation de l’entreprise mécène. Une première !

Intitulée « Étude des défauts dans les diamants bruns et les diamants riches en hydrogène », la thèse de Laurent Massi, réalisée sous la direction du professeur Emmanuel Fritsch, portait donc sur deux des grandes thématiques du domaine : les diamants bruns, qui couvrent toute une palette regroupant notamment des diamants de couleur cognac, champagne, voire chocolat, et les diamants riches en hydrogène. « Les diamants bruns sont de plus en plus présents sur le marché, en particulier depuis la découverte d’une mine en Australie dont on en extrait de grandes quantités, mais aussi très recherchés parce qu’un traitement baptisé HPHT (Haute Pression Haute Température) appliqué à une certaine catégorie de ces diamants permet de passer du brun à l’incolore », explique le chercheur qui, avant d’entamer sa thèse, avait fait un DEA sur l’origine de la couleur brune dans les diamants.

Quant aux diamants riches en hydrogène, dont il existe une catégorie de couleur brune, ils sont peu connus. D’où ce travail universitaire pour essayer de comprendre comment l’hydrogène s’incorpore dans cette pierre précieuse et quel en est le résultat, en particulier au niveau de sa couleur. « Il est important de pouvoir expliquer l’origine de telle ou telle couleur dans un diamant, d’autant plus si l’on souhaite ensuite la modifier », précise-t-il, reconnaissant que le diamant garde encore beaucoup de ses secrets même si cette thèse a permis de faire avancer les connaissances sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.